Sélectionner une page

Nous pouvons définir l’intelligence artificielle comme le remplacement de taches faites par l’homme grâce à la science des données et des programmes informatiques utilisés par des machines.

Pourquoi l’intelligence artificielle fait peur ? De nos jours, l’IA ne cesse de faire des articles à sensation car il y a une image disruptive qui nous plonge dans une innovation majeure parfois futuriste et inquiétante. Nombre d’articles révèlent que nous sommes face à une intelligence artificielle qui a pour but de substituer l’ensemble de l’humanité. On ne se contente plus d’améliorer plus mais on substitut. Ce n’est pas totalement vrai mais pas totalement faux non plus car certains métiers vont évoluer ou disparaître dans quelques années.

Contrairement à ce que de nombreuses personnes s’imaginent, l’intelligence artificielle ne date pas d’hier, les recherches sur l’IA ont débuté vers les années 1950 dans plusieurs laboratoires. Néanmoins, l’évolution technologique spectaculaire de ces dernières années est possible grâce aux évolutions technologiques propices aux développements d’IA toujours plus puissantes (comme les processeurs ultra-puissants par exemple)

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle faible ?

L’intelligence artificielle annoncés comme faible est qualifiée de « non-sensible ». Elle n’a pour objectif qu’une seule et même tâche précise. Sa puissance lui permet de réaliser cette tâche en un temps record surtout si on compare à la vitesse d’exécution d’un humain. Heureusement pour nous, l’IA faible n’apprend pas vraiment par elle-même car il lui est impossible de dépasser son domaine de compétence déterminé. L’IA faible est donc sous le joug de l’Homme

Hiérarchisation des données de l'intelligence artificielle faible

tpelyceeledouxintelligence

Attention, il est possible pour une intelligence artificielle d’apprendre toute seule avec le Deep learning mais elle apprendra uniquement ce qui est dans son champ de compréhension, donc son domaine de compétence déterminé.

L’intelligence artificielle est dite faible pourtant elle est déjà surpuissante. Elle représente déjà une révolution colossale pour l’Homme sur de nombreux sujets. L’évolution de l’IA n’est pourtant qu’aux prémices des possibilités

L’intelligence artificielle faible à automatiquement un impact social et économique. Par exemple sur le marché du travail de nombreux chercheurs essayent de savoir si elle sera créatrice ou bien destructrice d’emploi. D’après l’économiste Schumpeter et sa théorie de « destruction créatrice » la disparition de certains secteurs en créeront de nouveaux.

La démocratisation de cette technologie automatique aura aussi des impacts sociaux car rien n’est épargné par l’intelligence artificielle même faible. Nos usages et notre perception de ces techniques d’IA impactent l’économie globale. Dans tous les cas c’est déjà trop tard car l’IA est déjà présente partout même dans nos smartphones ce qui rend inévitable le développement de logiciels et de robotique intelligent. L’Homme recherche toujours plus de confort et de facilité dans son quotidien.

A l’heure actuelle, seul l’IA faible existe contrairement à l’IA forte mais elle est déjà un problème ou une solution pour de nombreuses entreprises

Pour bien introduire le sujet, je vous propose une vidéo sur l’intelligence artificielle de Micode sur ce que pense Google et Amazon de l’IA.

Qu’est-ce que le Deeplearning ?

C’est un système d’apprentissage et de classification pour l’IA qui permet d’acquérir certaines capacités intellectuelles. Cela permet de faire face à des situations assez complexes comme la reconnaissance d’une image ou bien encore la compréhension du langage parlé. Attention, le DeepLearning n’est pas de l’intelligence artificielle forte. Tout est expliqué dans l’ouvrage de Jean-Claude Heudin qui présente une introduction aux « réseaux de neurones du Deep Learning »

démonstration du réseau de neurones artificiels

http://www.sioedm.pirm.fr

Le Deeplearning est utilisé comme un « réseau neuronal artificiel ». Ce dernier peut être comparé au cerveau. Le réseau neuronal étant composés de milliers neurones numériques, ces derniers vont permettre de réaliser de milliers de petits calculs simples. L’intérêt de cette technique est qu’une fois ces milliers de calculs accumulés, la machine est capable de d’effectuer des calcul comparable aux génies informatiques les plus craints dans la science-fiction. On peut comparer le travail de Ford.

Pour que cela fonctionne, il faut le nourrir avec de nombreuses données. Si on veut qu’il comprenne ce qu’est une voiture, alors il faut lui donner des millions d’images de voiture afin que par association l’IA reconnaisse des voitures sur de nouvelles images jamais vue auparavant.

Exemple avec l’IA de google : AlphaGo. En mai 2017 AlphaGo a gagné 3 à 0 contre le champion du monde du jeux très stratégique et complexe le « GO ». L’IA de Google a appris à jouer au GO sans analyser une seule partie humaine mais simplement en jouant virtuellement contre elle-même. C’est-à-dire que c’est la répétition et les millions de parties jouées qui ont permis de créer de nouveaux coups.

Comment marche le machine learning ?

Le machine learning est un champ d’apprentissage spécifique pour une intelligence artificielle sur la base de l’apprentissage statistique. En effet avec l’acquisition de beaucoup de données, l’IA va réussir à se développer seule en creusant dans une montagne de données pour se tester, apprendre et ensuite réaliser différentes analyses prédictives en fonction de la qualité et du nombre de données disponibles.

Si le big data marche aussi de nos jours, c’est grâce au machine learning et à cette capacité de la machine à comprendre et donner des analyses de plus en plus précises.

Exemple du fonctionnement du machine learning avec le big data

lebigdata.fr

Ces énormes stocks de données permettent de nourrir l’intelligence artificielle via le machine learning.

De nombreux débats existent pour cerner correctement la différence entre le machine learning et le deeplearning. Ces 2 éléments sont issus de l’IA de base et possèdent des techniques programmatiques et outils d’utilisation qui peuvent se ressembler.

Vous voulez un exemple concret de machine learning ?

Prenons le cas d’IBM avec son IA Watson, cette intelligence dans le domaine de la santé permet de conseiller un patient atteint du cancer en croisant ses analyses de sang. Le big data permet à l’IA de collecter des informations dans les pages de recherches scientifiques. L’avantage du big dat est de permettre mise à jour quasi instantané. En effet, les données sur le sujet sont en pleine expansion. Les Etats-unis et même le Mexique utilise déjà cette technologie.

Les utilités de l’intelligence faible en entreprise

L’intelligence artificielle même faible sera indéniablement une puissante valeur ajoutée en entreprises. Vous ne le savez peut-être pas mais vous l’utilisez peut-être déjà au sein de votre structure.

De nombreux logiciels comme des services de mailings proposent l’automatisation de certaines tâches, et bien sachez que ceci peut être considéré comme de l’IA.

Comment faire une intelligence artificielle ?

De nombreuses start-up françaises (ou étrangères) en intelligence artificielle proposent déjà leurs services pour créer des IA ou optimiser vos services, missions ou activités d’entreprises. Par exemple en Growth hacking le service PhantomBuster permet de faire du marketing automation, d’augmenter les leads sur les différents réseaux sociaux mais aussi de récolter de la data qualifier très rapidement.

Maintenant nous allons imaginer 2 des milliers d’utilisations possible de l’IA qui permet de faire des économies.

1ère  étude de cas : Quel est l’avenir des femmes de ménage face à l’IA ?

A Paris le soir, vous trouverez de nombreux bâtiments professionnels sont éclairés la nuit. Ce non-sens écologique s’explique par les équipes de nettoyeurs qui passent dans les bureaux afin de remettre au propre les locaux. Nous pourrions utiliser des robots avec l’IA qui nettoierait le sol tous les soirs et seulement une fois par mois une équipe pour nettoyer les quelques endroits qui sont inaccessibles.

Les avantages seraient énormes :

  • Rentabilité forte à long terme
  • Locaux plus propres, en fonction de la programmation
  • Economie sur la lumière, les robots n’en ont pas besoin
  • Plus sécurisé, personne ne rentre dans vos locaux
  • Programmation personnalisée, vous n’avez pas de contrainte d’heure par exemple

Cet exemple peut vous sembler simplet or, c’est un cas concret, courant et volontairement choisi pour montrer que l’IA s’étend aussi bien dans l’automatisation de tâches professionnelles pour vous rendre plus rapide, que dans la suppression de taches comme le nettoyage.

2ème étude de cas : Comment l’IA va changer la relation client ?

La relation client est le cœur de métiers de certaines entreprises, elle axe leurs forces dans la confiance du client pour leur service et leur professionnalisme. Pourtant, dans de nombreux cas les clients ne sont pas satisfaits mais n’expriment pas explicitement le besoin qu’ils ont.

L’intelligence artificielle peut analyser toutes les données d’un client et proposer un produit, un service, une réduction etc… En effet, l’IA sera capable grâce au big data de savoir ce que votre client à l’habitude de faire, de manger, quel est son buget, etc… En comparant son profil avec les autres profils similaires et en mettant une analyse grâce à la data science, l’IA optimisera l’offre de l’entreprise

Ainsi l’IA via le big data, peu donner en temps réel des scénarios en fonction du personae de la cible ainsi plus les données clients seront à jour et nombreuses, plus les propositions seront pertinentes.

Récapitulons les principaux avantages :

  • Fidélisation d’une clientèle
  • Meilleure réputation de la structure
  • Source d’améliorations des produits et services
  • Meilleure compréhension des clients pour une future prospective produit
  • Gain de temps important en se consacrant directement au problème
  • Economie forte en proposant seulement ce que le client veut inconsciemment

L’intelligence artificielle faible peut vraiment être différenciante pour votre entreprise et peut offrir de nombreux axes d’amélioration. Nous pouvons voir sur les deux exemples que l’IA faible est puissante et surtout elle est utilisable dans ses contextes très différents.

Chiffres et informations clés sur l’IA

8 raison de déployer l'intelligence artificielle en entreprise

Charlotte Mouray

Quelques chiffres

  • 62% des cadres pensent créer un poste de Chief AI officer pour coordonner et faire exécuter l’adoption de l’IA en entreprise.
  • 37% des entreprises utilisent l’IA sous l’une de ses formes
  • 48% des services d’assurance ont déjà adopté l’intelligence artificielle dans leurs processus.

Nous retrouvons souvent les 5 mêmes objectifs de l’IA :

  • Optimiser ses processus interne
  • Gagner en rentabilité
  • Améliorer l’expérience client
  • Automatiser des taches fastidieuses
  • Accroitre sa productivité

Les freins à l’intelligence artificielle :

  • Coût des solutions parfois très importante
  • Manque de compétences en interne mais aussi d’expertise
  • Projets en IA peuvent être très complexes dans leurs mises en œuvre
  • Les collaborateurs internes peuvent être un frein à ce changement
  • Un manque de données conséquent

Les principaux cas d’usages en entreprise :

  • Interactions entre l’homme et la machine
  • Analyser des données pour faire du prédictif et de l’expérience utilisateur
  • Eviter des tâches pénibles ou encore présentant un risque via les robots
  • Intégration aux systèmes de sécurité pour éviter les fraudes
  • Création de différents chatbots
  • Optimiser les nombreux processus interne

L’intelligence forte comparé à l’intelligence faible

Comme vu précédemment, l’intelligence faible offre des possibilités incroyables, mais alors que peut-on imaginer pour l’intelligence forte ?

Deux exemple de comparaison entre l'IA faible et l'IA forte

digitalcorner-wavestone.com

Si l’IA faible reste dans le domaine déterminé pour lequel elle a été créée, l’Intelligence artificielle forte sera bien plus surpuissante ce qui lui permettrai d’avoir conscience d’elle-même et de son écosystème. L’intelligence forte comparée à l’IA faible lui permettrait de développer son propre projet de façon autodidacte tout en pouvant échapper à la main humaine.

L’intelligence forte n’est pas encore réelle, surtout vu la marge de progression de l’IA faible. Cependant la création de l’IA forte entraînera des bouleversements sans précédent dans le monde économique.

Il n’est plus question d’aider l’homme dans ses tâches, ou de remplacer des emplois a faible valeur ajoutée, nous imaginons ici des possibles remplacements d’emplois hautement qualifié comme un chirurgien ou un ingénieur.

Certes, il est bien plus simple de se projeter dans les futures innovations de l’IA faible, car nous en connaissons déjà les effets et les grandes possibilités. Cependant qu’en est-il de l’IA forte ? De nombreux chercheurs et scientifiques se plongent dans des réflexions poussées comme « est-ce que l’intelligence artificielle remplacera un jour l’homme ? » pour imaginer les futurs possibles. Le livre du Docteur Laurent Alexandre intitulé « La guerre des intelligences » pousse la réflexion très loin et propose de multiples possibilités toutes très intéressantes.

Imaginons un exemple d’application d’une possible intelligence forte en entreprise.

Etude de cas : L’intelligence Artificielle forte et la prospection commerciale

Vous intégrez un service de veille, prospective et innovation. Le but est de proposer des produits innovant répondant à un marché pas encore exprimé clairement.

Vous associez ces enjeux à une intelligence forte pour éviter de créer toute une équipe et réaliser des économies. Et bien, l’intelligence forte pourrait être en mesure de collecter des millions d’informations sur des clients et sur des produits provenant des moteurs de recherche, mais aussi des différents réseaux sociaux. En quelques fractions de seconde, il pourrait identifier les différents besoins correspondant au marché et les challengers avec les produits qui existent déjà.

En quelques minutes, vous aurez accès à un dossier prédictif complet sur la mise en place d’un tout nouveau produit ou service créer par l’IA qui permettra d’avoir un marché ciblé pas encore concurrentiel. Et pour pousser encore plus loin la théorie, l’intelligence artificielle forte pourrait gérer le projet de création toute seule sans l’avis d’un humain.

4 exemples d’entreprises qui utilisent l’intelligence artificielle

Qui utilisent l’intelligence artificielle ? Il est clair que les entreprises comme Google ou encore Facebook ont des exemples d’intelligence artificiel ultra connu. Mais nous allons nous intéresser à quelques exemples d’IA un peu moins influentes et dont une qui eut un bel échec.

  • L’intelligence chez Twitter

Nicolas Koumchatzky, le head of Cortex chez Twitter a expliqué que l’intelligence artificielle de twitter est apparu par le besoin fort de filtrage d’information comme le contenu abusif et pornographique. Dans la timeline les contenus proposés sont affichés en fonction des « goûts » utilisateur et fonctionne avec le machine learning pour toujours proposer des informations pertinentes.

Nicolas Koumchatzky le précise, dans les années à venir, Twitter voudrais mettre plus de contenus sans suivre forcement une personne, mais avec une mise en avant de contenus qui intéresse toujours plus l’utilisateur. Et apprendre le comportement changeant du au changement de contexte dans lequel l’utilisateur se trouve (travail, domicile, vacances…) notamment avec la géolocalisation.

  • L’intelligence dans l’entreprise de Microsoft

Tay, est une IA créée par Microsoft avec pour but d’interagir avec les différentes communautés sur Twitter ou encore Snapchat. En effet, presque 90 000 tweet ont été envoyé grâce à l’IA de Microsoft en seulement 8h.

Pour se construire, Tay utilise les données publiques qui son accessible gratuitement. Au fur et à mesure des réponses de Tay aux internautes, l’IA s’est mise à répondre des propos racistes ou extrêmement vulgaire. Microsoft a mis hors ligne l’IA et à remarquer que les premières heures de mise en ligne de l’IA, de nombreuses insultes et remarques sexiste lui était adressé. Le problème de Tay c’est qu’elle apprend au fur et à mesure qu’elle engrange des données, bonnes ou mauvaises.

  • L’intelligence artificielle dans le groupe Amazon

Chez Amazon, nous pouvons trouver l’intelligence artificielle dans de nombreux services. Que ce soit avec le fameux magasin qui a fait parler de lui Amazon GO, Alexa ou bien avec l’IA qui recommande des produits complémentaires (qui généré +35% de ventes à cela).

Ralf Herbrich le directeur du Management au service du développement d’Amazon en Allemagne affirme que c’est bel et bien grâce à l’IA que l’entreprise a réussis à se déployer à une grande échelle. Tous les acteurs se sont transformés en données précieuses pour améliorer davantage les différents services Amazon.

Nous pouvons trouver de l’IA a plus ou moins grande échelle dans tous les services d’Amazon. Son expertise est tellement reconnue, qu’Amazon se permet de vendre ses services web et d’IA à d’énormes sociétés comme la NASA par exemple.

  • L’IA nommé DeepFake de Samsung

Samsung a réalisé un travail incroyable avec son intelligence artificielle technologiquement nommée « DeepFake ». Elle est capable de simuler des mouvements à partir d’une simple image, peinture ou photo. L’exemple qui fait le buzz de l’IA de Samsung c’est qu’elle a réussi à donner vie au visage de la Joconde. Le « DeepFake » n’est en fait pas si innovant que cela car il existe depuis longtemps et provient en fait du Deeplearning. Mais, il fallait plusieurs images avant que l’IA puisse réaliser des mouvements or, Samsung n’a besoin que d’une seule photo. Cette nouvelle intelligence pourrait trouver sa place dans les nombreux films qui utilisent la réalité augmentés par exemple. Mais dans de mauvaises mains, elle pourrait être néfaste et poser des problèmes de falsification d’identité.

L’intelligence artificielle serait notre fin ?

Elson Musk dans le documentaire « Do You Trust This Computer ? » partage diverses idées sur les menaces que représente l’IA pour notre société.

D’ailleurs, Elson Musk cite :

« L’IA n’a pas besoin d’être maléfique pour détruire l’humanité – si l’IA a un but et que l’humanité se trouve sur son chemin, alors elle détruira l’humanité naturellement sans même y penser, sans aucune rancune »

Pour Stephen Hawking :

« la montée de l’IA pourrait être la pire ou la meilleure chose qui soit jamais arrivée à l’humanité ». Il continue en citant qu’elle pourrait aussi « éradiquer enfin la maladie et la pauvreté. »

Bonne ou mauvaise, l’intelligence artificielle doit être contrôlée et pas seulement avec les 3 lois de la Robotique d’Asimov. Elle doit être un minimum encadré pour qu’elle puisse évoluer et apprendre dans les meilleures conditions possibles. Si vous n’êtes pas familier avec l’IA vous pouvez toujours commencer par la base avec les ouvrages cités dans l’article pour avec « L‘Intelligence artificielle pour les Nuls »qui est assez complet.

Nous ne sommes qu’aux prémices de l’IA et le futur reste encore à découvrir, en effet l’IA faible gagne du terrain, mais lorsqu’elle deviendra forte, cela entraînera de grands changements dans notre société. Il faut appréhender l’approche de l’IA pour vivre avec elle ou alors risquer de perdre notre utilité pour la société de demain.

Pin It on Pinterest

Share This