L’IA qui sauve les animaux : Neurala et Air Shepherd

l'intelligence artificielle de neurala et de air sheperd pour sauver les animaux

Qui sont sont Neurala et Air Shepherd ? 

Neurala et Air Sheperd sont deux sociétés assez différentes, mais qui se sont associéees pour la protection animale. En effet, l’une est axée sur l’intelligence artificielle visuelle et l’autre plus axée sur l’analyse prédictive et les drones. Prêt pour un super exemple d’intelligence artificielle sur les animaux ? Oui ? Alors c’est parti !

Neurala, une IA spécialisé sur l’inspection visuelle

Neurala est identifiée comme une intelligence artificielle révolutionnaire. Cette IA est spécialisée sur l’inspection visuelle. Son objectif est triple : augmenter votre productivité, augmenter la qualité de production ainsi qu’une réduction significative de vos coût. L’exemple pour neurala est pertinent, car assez peu d’intelligence artificielles fonctionnelles sont disponibles sur le marché aujourd’hui. Neurala se dit lui-même “premier outil d’IA par vision rentable pour l’étiquetage, la formation, le déploiement et l’analyse des données”

vision de l'intelligence artificielle de neurala
Vision IA Neurala

Air Shepherd, la fin du braconnage avec la technologie

Air Shepherd est un programme de la fondation Lindbergh avec pour objectif de lutter contre le braconnage des éléphants et des rhinocéros. Le bilan du braconnage est lourd, entre 2010 et 2013 la fondation Lindbergh estime à 140 000 le nombre d’éléphants tués. De ce constat, le programme Air Shepherd a vu le jour afin de trouver une solution à ces massacres de masse. La protection des animaux par une surveillance de drone a donc vu le jour.

Qu’est ce que cette fusion Neurala et Drone change ? 

Cette fusion amène l’intelligence artificielle à un tout autre niveau. L’association de l’analyse prédictive, l’IA visuelle ainsi que l’implémentation dans des drones permet une surveillance bien plus performante. En tout cas au moins 10x supérieure à ce qui est possible aujourd’hui. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les drones ne surveillent pas les braconniers au vu de leurs déplacements aléatoires ou trop réfléchis. Cependant, il est plus simple de prédire les mouvements des animaux ainsi que leurs regroupements. S’il est possible de connaître les trajectoires futures des animaux, il est aussi possible de connaître les points à surveiller contre le braconnage. Ces drones sont des bijoux de technologie : silencieux, imagerie thermique, presque invisible et entièrement électrique. Plus les drones surveilleront et récolteront des données de terrains, plus les prédictions permettront aux rangers d’intervenir avant les tueries d’éléphants et de rhinocéros.

Est-ce une réelle avancé pour l’intelligence artificielle du secteur animalier ? 

Il est vraiment intéressant d’analyser l’exemple de l’association entre Air shepherd et Neurala. Premièrement, car nous découvrons une nouvelle possibilité de sauver les animaux qui subissent les ravages de l’Homme. Mais aussi, car dans cet exemple, l’IA représente une solution durable à la protection des animaux qui subissent un risque d’extinction. 

La technologie ne remplace pas l’homme dans ce cas, au contraire, elle ouvre une solution complémentaire aux actions humaines. La surveillance des animaux en Afrique représente un territoire immense impossible à surveiller entièrement. Par contre, une surveillance de drone avec des algorithmes de prédictions peuvent réduire drastiquement les zones de risque de braconnage. 

Finalement, l’intelligence artificielle permet une nouvelle ère de protection animale. Cependant, que ce passerait-il si les braconniers utilisent une IA pour trouver les espaces de braconnages plus discrets ? Nous pourrions rentrer dans une guerre des intelligences artificielles ou symboliquement, le jeu du chat et de la souris. Heureusement, les coût de l’intelligence artificielle restent encore élevés et ne permettent pas à des braconniers de se servir de cette puissance informatique. 

Table des matières